| Londres 24 Janvier 1870.

Cher citoyen De Paepe,

Je vous écris with some difficulty.  c'est-à-dire.
Schließen
C.à.d.
mon bras gauche se trouve sous bande. Dès la fin du mois passé un abcès de glande commença à se former près de l’aisselle. J’ai négligé la chose et je suis puni par où j’ai pêché. Queques jours après avoir envoyé  Siehe Marx an Engels, 17.12.1869 und Documents relatifs aux militants Belges (1986). S. 225 Anm. 1150.
Schließen
la lettre à Bruxelles
, la douleur devenait intolérable et je tombai dans les mains des médecins. Xxxxxxx(?) J’ai subi deux opérations. La chose marche mieux, mais je suis toujours sous traitement et dois garder la chambre.

En premier lieu j’écris cette lettre pour vous demander un service personnel. Vous savez probablement qu’une partie de la bourgeoisie anglaise a formé une sorte de landligue contre la Land and Labour Ligue des ouvriers. Leur but ostensible est de transformer la propriété foncière anglaise en propriété parcellaire et de créer une paysannerie pour le plus grand bien du peuple. Leur but réel est l’attaque contre l’aristocratie foncière. Ils veulent jeter le sol en libre circulation pour la transférer ainsi des mains des landlords dans les mains des capitalistes. À cet effet ils publient une série de traités populaires, sous le titre de Cobden Treaties, où la petite propriété est peinte en couleurs de rose. Leur grand cheval de bataille, c’est la Belgique (principalement les Flamands). Il semble que dans ce pays les paysans se trouvent dans des conditions paradisiaques. Ils se sont mis en relation avec M. Laveleye qui leur fournit les faits pour leurs déclamations. Maintenant, comme je traite dans  Karl Marx: Das Kapital. Bd. 1. Buch 1. Hamburg 1867. Siehe Erl. zu „1200 Seiten Manuscript“ in Marx an J. Ph. Becker, zw. 9. u. 15.1.1866. (MEGA2 II/5). Der geplante zweite Band des „Kapital“ sollte ursprünglich Buch 2 und Buch 3 enthalten. Siehe Karl Marx: Das Kapital. Kritik der politischen Oekonomie. Erster Band. Buch I. Vorwort (MEGA2 II/5. S. 14). Die Manuskripte zum zweiten und dritten Buch des „Kapital“, an denen Marx bis zum Ende seines Lebens weiterarbeitete, wurden erst nach seinem Tod von Engels als Band 2 und Band 3 veröffentlicht. Ausführlicher dazu siehe hier (Exkurs zur Fortsetzung des „Kapital“).
Schließen
le 2. volume du «Capital»
la propriété foncière, xxx(?) je le crois utile d’y entrer un peu dans les détails de la constitution de la propriété foncière en Belgique et de l’agriculture belgexxx(?). Voudriez-vous avoir la bonté de m’écrire les titres des livres principaux que je dois consulter?

Ma maladie m’a naturellement empêché d’assister au Conseil Général pendant les dernières semaines. Hier soir le sub-comité (comité exécutif), dont je suis membre, m’a visité. Entre autres choses ils m’ont communiqué le contenu d’une lettre adressée par M. Hins à Stepney. Comme Stepney croyait que je serais en état d’assister à la séance du Conseil Général (le 25. Janv.), il ne m’a xxx(?) communiqué aucun extrait de cette lettre. Je n’en sais rien que par ouï-dire.

En premier lieu on croitt probablement à Bruxelles que la catastrophe de Genève, le changement de la rédaction de l’Égalité, a été produite par les résolutions du Conseil Général. C’est une erreur. Jung était si pressé par son travail d’horloger qu’il ne trouva pas le temps de copier et d’expédier les résolutions pour Genève avant le 16te Janvier. Dans l’intervalle il reçut deux lettres de H. Perret, le secrétaire du Comité Romand. La première lettre, datée du 4 Janvier, est officielle. C’est une communication du Comité Romand au Conseil Général, où l’on dit que quelques-uns des éditeurs de l’Égalité étaient convenus de faire une compagne publique contre le Conseil Général et les comités Suisses, avec lesquels ils ne s’accordaient pas, mais qu’il agirent contre le vouloir du comité Romand.

La deuxième lettre, d’une date postérieure, mais qui arrive arrivant aussi avant l’expédition des Résolutions du Conseil Général par Jung, est une lettre confidentielle, adressée par Perret à Jung. J’en vous donne des extraits littéraux, pour vous mettre au courant des affaires. Comme la lettre | est privée, je n’ai pas besoin de vous dire que ces extraits ne doivent pas être communiqués au Conseil belge et que le nom de l’écrivain doit rester un secret.

« ...... Bakounine a quitté Genève. Tant mieux. Ces hommes-là amènent la division entre nous. C’était la tête de l’Alliance. Ces démocrates sont des autoritaires, ils ne veulent pas d’opposition, tels sont Bakounine, Perron et Robin, tous les trois ont été à la tête du journal L’Égalité. Bakounine avec ses attaques personnelles, nous a coûté 2 ou 300 abonnés à Genève. Robin est encore plus autoritaire que lui, il avait la prétention de vouloir tout changer chez nous, il ne réussira pas, nous ne voulons pas nous laisser dominer par ces Messieurs, nous ne voulons pas nous laisser dominer par ces Messieurs qui se croient indispensables. Ils ont tenté de faire pression sur le Comité Fédéral, cela n’a pas réussi, nous ne voulons pas courir les aventures avec eux et amener une division dans nos Sections. Croyez bien, l’Alliance est dangereuse pour nous, plus autant à présent. Leur plan à Genève, je l’avais deviné depuis longtemps, faire passer à la tête de toutes les sociétés des hommes de l’Alliance, pour avoir la domination sur la Fédération. Si vous saviez leurs moyens d’agir – dénigrer dans les sections les hommes qui ne se laissent pas dominer par eux, ils ont tout fait pour écarter ma candidature à Bâle, à Grosselin la même chose ....... Voyez la manoeuvre, envoyer à Bâle rien que des membres de l’Alliance, Heng, Brosset, Bakounine. Cela n’a pas réussi complètement. Du reste, il avait mendié des délégations à Lyons, à Naples, cela n’est pas moral ces moyens-là. Ils étaient partis avant nous pour préparer leurs intrigues à Bâle … Il y a un fait qui s’est passé au Congrès que j’avais deviné, mais je n’avais pas des preuves certaines. Martinaud, déléque de la Section de Neuchâtel, avait un mandat signé du frère à Guillaume, mensonger, faux mandat, nous avons les preuves en main. La section de Neuchâtel n’était pas encore constituée définitivement, et le comité provisoire nous a écrit ne pas connaître ni Guillaume, ni Martinaud. Voilà la moralité des apôtres de l’Alliance, car Guillaume et quelques Loclois sont de leurs amis. En outre la création du Progrès a enlevé des abonnés à L’Égalité et cependant notre journal a été fondé par tous et nous devons le soutenir.

Dernière nouvelle – les casse-cou de l’Alliance viennent de donner leur démission de l’Égalité, Perron, Robin et quelques autres plus ou moins capables. Un petit coup d’Etat à la Bakounine et à la Robin. On a voulu forcer la main au comité fédéral, pour qu’il donne congé de la rédaction à un membre qui fait de l’opposition et qui a blâmé les attaques faites aux divers Comités et au Conseil Général. Nous ne voulons pas faire de l’autorité au profit de ces hommes, nous allons avoir encore une guerre sourde avec eux, mais il paraît que l'Alliance perd beaucoup de ces membres, elle diminue, tant mieux.»

Jusqu’ici les extraits de la lettre de P.

| Si Monsieur Hins n’a pas encore communiqué ma lettre (et les Résol. du Cons. Gén.) au Conseil Belge, il fera bien de supprimer tout-à-fait le paragraphe qxx(?) pxx(?) ayant relation à Bakounine. Je x(?) n’en ai aucune copie, mais je sais que j’ai écrit sous l’irritation des souffrances physiques. Ainsi je ne doute pas que Mons. Hins blâme justement la forme de ce paragraphe. Quant au fond, quant aux faits, ils sont indépendants et de ma mauvaise manière de les exprimer et de la bonne opinion que Mons. Hins a de Bakounine. Le fait est que l’Alliance, dont Bakounine est le créateur, et qui n’a pas été dissoute que nominalement, est un danger pour l’Association Internationale, un élément de désorganisation.

Dans le paragraphe relatif à Bakounine on me dit que Mons. Hins relève encore le mot «le bonhomme Richard». C’est un slip of the pen, que je regrette d’autant plus que Richard est un des membres les plus actifs de l’Association. J’ai employé le mot seulement pour dire que dans sa lettre à la(?) correspondance citée il accepte avec trop de bonhommie des opinions dont il x(?) dont il n’a jamais sondé le fond. Du reste, quand j’écris ces mots ce mot , Richard avait donné une nouvelle preuve de son étourderie. Il avait envoyé au Conseil une lettre, dans laquelle se trouva un jugement tout formulé par quel(?) où certaines personnes, appartenant à une branche de Lyon soit-disant schismatique, étaient déclarées infâmes, traîtres, exclues de l’Association. On nous demande de copier ce jugement, d’y mettre notre timbre et nos signatures, et de le retourner par poste. Xxxxx(?) Et cela sans xxxxxx(?) preuves, sans xxxxx(?) documents, sans donner aux xx(?) condamnés le droit de se défendre!

On m’a dit encore que Monsieur Hins rapproche(?) reproche au Rapport anglais sur le Congrès de Bâsle Bâle d’avoir supprimé tout ce qui a relation à la question de l’héritage. C’est évidemment un malentendu. Dans les pages 26–29 sont(?) rxxplis(?) dex(?) rxpxxdxxxnt(?) se trouvent et le rapport du Conseil Général et le Rapport du comité nommé à Bâle et un abrégé de la discussion sur cette question. D’ailleurs le Rapport anglais sur les transactions du Congrès xxt(?) a été écrit par Eccarius. Le Conseil nomma une commission pour examiner ce Rapport. X'xx xx(?) Ayant été nommé membre de cette commission xxx(?) j’ai refusé d’y assister parce que je n’étais pas présent au Congrés et pour cela n’étais pas compétent de juger de l’exactitude du Rapport. Toute ma collaboration s’est limitée à des corrections purement littéraires.

Enfin, si les résolutions passées par le Conseil Général n'xxxx ont n’ont pas le bonheur de satisfaire Monsieur Hins, elles ont xxx dxxxxxx ont évidement satisfait le Conseil Romand puisque, deux semaines avant le leur réception, il c'est un forcé par xx(?) prit la résolution de s’émanciper de la dictature de l’Alliance.

Tout à vous
K. M.

Zeugenbeschreibung und Überlieferung

Absender

Zeugenbeschreibung

Soweit aus der Fotokopie zu ersehen ist, besteht der Brief aus einem Bogen grauweißem Papier. Marx hat die ersten drei Seiten vollständig beschrieben, die vierte Seite ist leer. Schreibmaterial: schwarze Tinte.

 

Zitiervorschlag

Karl Marx an César De Paepe in Brüssel. London, Montag, 24. Januar 1870. In: Marx-Engels-Gesamtausgabe digital. Hg. von der Internationalen Marx-Engels-Stiftung. Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin. URL: http://megadigital.bbaw.de/briefe/detail.xql?id=M5065770. Abgerufen am 17.04.2024.