| Genève 10. Janvier 1868
9. Cité.

Monsieur.

Encouragé par notre ami Jean Philippe Becker, je Vous prie de m’autoriser à publier la traduction française de Votre ouvrage sur l’économie politique. Je suis membre de l'Association Internationale des Travailleurs et j’ai été le rédacteur du Journal de cette Association pendant tout le temps que sa rédaction était à Genève.

Je ne suis pas présomptueux, pourtant je crois que mes études et mes convictions me rendent capable de traduire bien Votre ouvrage, et qu’en le publiant dans la langue française, et en rendant sa lecture accessible à nos sociétaires de cette nationalité, je coopérerai au progrès de la civilisation et de l’introduction de la justice dans les relations sociales.

Si Vous voulez bien accorder ma prière, ayez la bonté de m’envoyer Votre autorisation que je puisse la communiquer à l’éditeur.

En attendant Votre réponse bienveillante, Monsieur, je Vous prie d’agréer l'assurance de mon estime et de mes sentiments fraternels.

Votre dévoué
Joseph Card Cwierczakiewicz.
V. S.

| P. S. Comme mon nom polonais est difficile à écrire et à lire, Vous n’avez pas besoin, Monsieur, qu’à mettre sur l'adresse tout simplement:

Joseph Card.

et Votre lettre parviendra sûrement entre mes mains.

 

Zitiervorschlag

Joseph Card an Karl Marx in London. Genf, Freitag, 10. Januar 1868. In: Marx-Engels-Gesamtausgabe digital. Hg. von der Internationalen Marx-Engels-Stiftung. Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin. URL: http://megadigital.bbaw.de/briefe/detail.xql?id=B00520. Abgerufen am 28.10.2021.